Bursite, tendinite et syndrome d’accrochage de l’épaule

Vous méritez ce qu’il y a de mieux.

Comment reconnaître un syndrome d’accrochage de l’épaule ?

Le syndrome d’accrochage consiste en une compression mécanique de la coiffe des rotateurs, du tendon du biceps et/ou de la bourse sous deltoïdienne. Elle survient généralement lors de l’élévation du membre supérieur. Le syndrome d’accrochage peut être primaire ou secondaire. La douleur s’installe progressivement et se manifeste particulièrement la nuit, en position de sommeil sur le ventre.

La bursite, elle, est le résultat d’une inflammation de la bourse séreuse sous acromio-deltoïdienne. Cette dernière est une poche qui se trouve entre l’os et le muscle de la coiffe des rotateurs, permettant des mouvements fluides de l’épaule. La bursite vient réduire cette fluidité en raison de l’inflammation de la bourse.

Dans le cas d’une bursite de l’épaule, la totalité des douleurs doivent être passées en l’espace de 6 semaines. Si les douleurs persistent, il est important de consulter un spécialiste de l’épaule pour en trouver les causes et les traiter au plus vite.

Quelles sont les conséquences possibles ?

Le phénomène d’accrochage est un problème avant tout mécanique. La présence d’excroissances osseuses, qui apparaissent généralement après 40 ans, est un facteur causal important. La posture ainsi que la répétition de mauvais mouvements de soulèvement peuvent également contribuer à l’apparition des symptômes.

À long terme, le phénomène d’accrochage peut générer une inflammation (tendinopathie) et mener à une déchirure partielle ou totale de la coiffe des rotateurs.

Quels sont les traitements non chirurgicaux ?

Il existe plusieurs traitements alternatifs à la chirurgie lorsqu’une personne souffre d’une bursite, d’une tendinite et du syndrome d’accrochage de l’épaule.

  • La prévention du geste à l’origine de l’accrochage reste le traitement le plus approprié. Le repos, l’application de glace, la prise d’anti-inflammatoires oraux ainsi qu’une prise en charge thérapeutique (physiothérapie, ergothérapie, ostéopathie ou chiropractie) peuvent être efficaces dans 90 % des cas.
  • L’infiltration de cortisone sous guidance échographique est considérée après 2 mois, à condition de s’assurer qu’il n’y pas de déchirure. Le nombre d’infiltration doit être limité (2 à 3 maximum).
  • Un examen d’imagerie médicale (IRM ou échographie) sera prescrit après 6 mois de douleurs non résolues par le traitement.
  • La chirurgie doit être envisagée si les symptômes se maintiennent après 6 à 12 mois de traitement conservateur, incluant une ou deux injections de cortisone.
  • Quel est le traitement chirurgical ?

    La busectomie-acromioplastie par arthroscopie est la méthode chirurgicale privilégiée. Elle consiste à augmenter l’espace entre la coiffe des rotateurs et les structures osseuses surplombantes en retirant le ligament coraco-acromial et en amincissant la surface de l’os.

    À retenir sur la chirurgie

    • Chirurgie d’un jour par arthroscopie (très petites incisions à l’aide d’instruments miniaturisés).
    • Durée de l’intervention environ 30 à 40 minutes.
    • Anesthésie régionale (l’ensemble de l’épaule et du membre supérieur est gelé) par un anesthésiste. Le patient est éveillé tout au long de l’intervention.
    • Si le patient souhaite une sédation, un calmant courte action peut lui être administré.

    Récupération post-chirurgicale

    Le patient retourne à la maison environ une heure après l’intervention avec son accompagnateur. L’épaule «dégèle» 6 à 12 heures plus tard. La prise d’antidouleurs est conseillée pendant les premiers jours suivant la chirurgie. Le bras doit être mobilisé dès le lendemain.

    À retenir sur la récupération

    • Reprise des activités légères dès la première semaine (cuisine, conduite automobile, écriture).
    • Reprise des activités modérées après 2 mois (golf, ski, entretien ménager).
    • Reprise des activités plus exigeantes après 4 mois (entraînement physique, natation, tennis, menuiserie).
    • Taux de guérison de 90 %.
    • Taux de complication inférieur à 1 %.

    Contactez-nous dès maintenant.
    Il nous fera plaisir de vous donner rendez-vous pour une consultation et un traitement dans les prochains jours.

    • This field is for validation purposes and should be left unchanged.

     

    Noté 5 étoiles sur plus de 130 commentaires
    Dr Beauchamp dans les médias

    Pourquoi choisir le Dr BEAUCHAMP?

    Le Dr Marc BEAUCHAMP est chirurgien orthopédiste de renom, expert en douleur du coude et de l’épaule. Prenez rendez-vous dans sa clinique de chirurgie!

     

    Faîtes confiance à un expert pour votre chirurgie de l’épaule

    Une tendinite du long du biceps brachial peut avoir un impact significatif sur votre vie quotidienne, mais vous n'avez pas à souffrir d'une douleur aiguë. Consultez un médecin spécialisé et libérez-vous de la douleur avec le Dr Marc Beauchamp et nos experts. 

    Dans notre clinique, nous accordons la priorité à votre rétablissement et offrons des options de traitement personnalisées pour prendre soin de vous avant, pendant et après. Notre objectif est de vous aider à reprendre vos activités normales sans aucun inconfort.

    Le Dr Beauchamp est un chirurgien orthopédique renommé, spécialisé dans le traitement de la douleur du coude et de l'épaule. Il a traité avec succès de nombreux cas de tendinite de l'épaule, des déchirures partielles ou complètes du chef long du biceps, des déchirures de la coiffe des rotateurs ou des problèmes au niveau des articulations glénohumérales. 

    Grâce à la confiance et aux commentaires de ses patients, il est considéré comme l'un des meilleurs chirurgiens à Montréal. Ne laissez plus une épaule douloureuse vous freinez plus longtemps - prenez rendez-vous avec le Dr Beauchamp à sa clinique de chirurgie dès aujourd'hui!

     

    Témoignage d’un de nos patients

    « J’ai subi une opération pour la réparation du tendon du supra épineux suite à un accident de travail. J’ai été opéré le 25 mai et suite à mon rendez-vous du 12 septembre j’ai eu la merveilleuse nouvelle que j’étais rétabli à 100% j’ai recommencé mes taches régulières comme frigoriste le lendemain et j’ai en mesure de reprendre le parachutisme le même jour et ça sans difficulté et sans douleur! Le Dr Beauchamp est le top dans son domaine »