Arthrose du coude

Contrairement à l’arthrose des autres articulations, celle qui affecte primairement le coude survient chez des patients plus jeunes (dans la trentaine). Il s’agit souvent d’une pathologie familiale, génétique ou découlant d’anciennes fractures ou luxations.

Le coude tolère bien l’arthrose : les consultations sont habituellement tardives, alors que l’arthrose est déjà à un stade avancé.

La douleur associée aux mouvements extrêmes (le transport d’un seau d’eau par exemple) est la plainte la plus répandue. La perte de mouvement est progressive et devient invalidante quand on perd plus de 30° d’extension ou 40° de flexion.

Outre la prévention des efforts extrêmes avec impact ou vibration, il n’y a pour l’instant aucun traitement préventif contre la progression de l’arthrose. On traite plutôt les symptômes (traitement habituel de l’inflammation : repos, froid, AINS, physiothérapie).

Si l’arthrose progresse au point de provoquer des douleurs chroniques invalidantes, une chirurgie de débridement (excision des becs osseux, les ostéophytes, avec ou sans relâchement capsulaire ou synovectomie) peut être proposée.

Un remplacement par prothèse totale peut aussi être indiqué mais il est réservé aux cas extrêmes qui souffrent d’une invalidité majeure. Le taux de réussite de cette délicate intervention est moins élevé que pour l’arthrite rhumatoïde. Le remplacement donne des résultats mitigés quand l’arthrose est due à une fracture ou une luxation.

« J’avais une déchirure épicondylienne qui s’était aggravée. Et on m’a dit que les chirurgiens ne voulaient pas opérer ça. C’est alors que j’ai décidé de consulter Dr Beauchamp pour avoir l’heure juste… j’ai été opérée avec un grand succès. Six (6) semaines après la chirurgie, je reprenais mon travail et deux (2) mois après, je faisais du ski alpin. Je suis très très satisfaite car j’ai pu reprendre ma vie normale et mes activités sportives très rapidement »

RateMDs