Rendez-vous rapide :
Montréal, Canada 514-509-2000
Extérieur de Montréal 1 (866) 505-2016
Dr MARC BEAUCHAMP MD FRCSC
Clinique Orthopédie privée Montréal, Canada Chirurgie épaule - coude - arthroscopie
Private orthopedic surgery Montreal, Canada
Anatomie de l’épauleProblèmes courantsBursite, tendinite et syndrome d’accrochageDéchirure de la coiffe des rotateursLuxation récidivante de l’épauleDéchirure du labrum (bourrelet) supérieur : lésion SLAPTendinite de la longue portion du bicepsDésordres de la clavicule distaleCapsulite de l’épauleArthrose de l’épaule
Anatomie du coude
Cliquer pour visionner le module 3D Vidéo 1 Vidéo 2

Arthrose et Arthrite de l'épaule

À l'instar des articulations majeures du corps, l'épaule est sujette à la dégénérescence et au développement de l'arthrose. Elle peut être dûe au seul vieillissement (en général après 60 ans), mais peut aussi être la conséquence d'une ancienne blessure ou d'une déficience chronique de la coiffe des rotateurs.

Le mot « arthrite », réservé aux maladies inflammatoires (ex. : arthrite rhumatoïde, arthrite psoriasitique, etc.), affecte souvent plusieurs articulations à la fois. Ces conditions sont habituellement suivies et traitées par nos collègues médecins de famille et rhumatologues.

Traitement non chirurgical de l'arthrose

L'arthrose de l'épaule est en général mieux tolérée que l'arthrose de la hanche ou du genou. Elle peut se manifester par une certaine douleur ou encore, par de légères diminutions de l'amplitude des mouvements. Le traitement non chirurgical occupe donc une place de choix dans la thérapie: restriction préventive d'activités, prise d'anti-inflammatoires oraux, physiothérapie, injection de stéroïdes ou de visco-supplément etc. En dépit des nombreuses études à ce sujet (notamment, sur le sulfate de glucosamine), il n'y a malheureusement à ce jour aucun élément nutritif pour lequel on aurait scientifiquement établi l'efficacité à traiter l'arthrose.

Quand doit-on envisager une chirurgie pour l'arthrose de l'épaule
(gléno-humérale) ?

La chirurgie peut être nécessaire lorsque les problèmes reliés aux douleurs ne sont plus contrôlables par les modalités non-chirurgicales mentionnées ci-haut. La chirurgie arthroscopique de débridement peut parfois être envisagée lorsque l'arthrose est légère ou si le problème principal est une synovite. Dans les cas d'arthrose avancée où il y a une destruction du cartilage ou une déformation osseuse, le meilleur traitement chirurgical demeure le remplacement par prothèse. Parfois, un remplacement de la tête humérale par technique de resurfacement suffit et il n'est alors pas nécessaire de remplacer la portion glène-omoplate. Pour les autres cas, l'utilisation d'une prothèse totale de l'épaule (côté huméral et côté glène) convient. Cette chirurgie est pratiquée depuis environ une vingtaine d'années : le contrôle de la douleur et l'amélioration de la fonction sont observables dans 90% des cas. Il s'agit d'une intervention majeure, comportant des risques de complications (fracture, infection, lésion neurologique, lésion vasculaire, instabilité de l'épaule, raideurs permanentes, etc.) et une longue convalescence ( entre 6 et 12 mois). Il est aussi important de savoir que, suite à une implantation de prothèse totale de l'épaule, la prothèse elle-même a une longévité d'environ 15 à 20 ans. Il est aussi à noter que le gain principal d'une chirurgie réussie est la disparition de la douleur, et non pas le rétablissement complet des amplitudes de mouvement (qu'on n'atteint que rarement).

De nouveaux types de prothèse « non-anatomiques » ou inversées (c'est-à-dire, avec sphère fixée à l'omoplate et humérus en forme de cupule) sont maintenant disponibles. Elles sont surtout utilisées quand l'arthrose est liée à une déficience irréparable de la coiffe des rotateurs. Cette intervention comporte un risque élevé de complications et n'est disponible que dans les hôpitaux très spécialisés.

Copyright 2011 © Dr. Marc Beauchamp M.D.
Conception Web :: astronautes.ca :: © 2011